La cohabitation intergénérationnelle en entreprise: une nécessité incontournable, des avantages considérables !

Cohabitation intergénérationnelle en entreprise

Nos sociétés sont confrontées à un phénomène démographique sans précédent en Occident : l’accroissement de l’espérance de vie, jumelé à une baisse du taux de natalité, engendrent le vieillissement général de la population. Celui-ci pourrait être lourd de conséquences pour les entreprises et la société dans son ensemble. 
En effet,  les 65 et plus représenteront 25% de la population canadienne en 2036; ils auront pratiquement doublés depuis 2009, année où ils ne comptaient que pour 14% de la population :

  • Il n’y aura plus que 2,1 travailleurs pour assumer les prestations sociales des personnes âgées de 65 ans et plus, comparativement à 7,8 en 1971, une responsabilité fiscale des plus lourdes à porter ;
  • Les gens à la retraite paient souvent moins d’impôt que s’ils travaillaient, entraînant un manque à gagner en impôts pour l’État ;
  • Les retraités dépensent également moins par souci de ne pas empiéter sur leurs économies, constituant une baisse de revenus pour les entreprises.

Ce phénomène se produit au moment même où les gouvernements et les entreprises ont de moins en moins d’argent pour suppléer une partie des revenus des citoyens à la retraite.  Ce n’est pas sans raison que l’on parle aux États-Unis de "pension deficit time bomb",  les fonds de pension privés et gouvernementaux risquant d’être à sec à échéance plus ou moins longue. 

Les dirigeants doivent donc chercher des moyens de maintenir leur niveau de revenus et de retarder autant que possible le paiement des primes. 

Ainsi, entre 2023 et 2029, le gouvernement du Canada fera graduellement passer l’âge de la retraite de 65 à 67 ans. Cette modification de l’âge d’admissibilité touchera la pension de la sécurité de la vieillesse et le supplément de revenu garanti. Les intentions du gouvernement Couillard vont d’ailleurs dans le même sens pour ce qui est de l’âge d’admissibilité à la rente de retraite du Québec.

L’espérance de vie en santé après 65 ans, quant à elle, est maintenant de 13,8 ans chez les hommes et de 15 ans chez les femmes. On comprend aisément qu’il y aura des gens qui voudront rester actifs plus longtemps, par choix, leur état de santé le permettant. Il y en aura cependant de nombreux autres qui devront rester au travail par nécessité financière. 

Chez Lafond, nous croyons que ce phénomène pose un défi majeur pour les entreprises qui seront affectées de plusieurs façons par ce changement démographique. 

En effet, la main-d’œuvre plus jeune se fera plus rare ; on parle d’une diminution de la main-d’œuvre pouvant aller de 20 à 30% selon les régions du Québec. 

La nécessité de garder en place des travailleurs qui, auparavant, seraient partis à la retraite, forcera possiblement à revoir l’organisation du travail et la composition des équipes.  On voit déjà des employés de quatre générations travaillant ensemble, avec les divergences de points de vue que des valeurs différentes ne manquent pas d’entraîner. 

Il faudra envisager autrement la durée de carrière et trouver des façons de valoriser l’expérience des séniors au profit de la productivité et du bien-être au travail. C’est donc à une reconsidération de nos idées sur le vieillissement et à une redéfinition de la notion même de retraite que nous sommes appelés. 

Ces transformations constituent en même temps une opportunité majeure pour les entreprises qui sauront s’adapter et se montrer pionnières en la matière, les travailleurs d’expérience constituant un capital intangible appréciable. 

Il faudra pour ce faire favoriser une meilleure compréhension entre les diverses générations de même qu’une plus grande appréciation des qualités respectives et de ce que les efforts combinés peuvent rapporter. 

C’est parce que nous sommes convaincus de l’imminence de faire face à ces exigences et du potentiel qu’elles offrent en retour, que nous avons mis en place les outils qui vont favoriser une cohabitation intergénérationnelle en milieu de travail plus harmonieuse et plus bénéfique pour tous.

N’hésitez pas à consulter votre conseiller de Lafond pour en apprendre davantage sur la cohabitation intergénérationnelle.  
 

L’Équipe de Lafond Gestion

La famille


Il s’agit parfois d’un aspect conflictuel important parce que, d’une part, la famille constitue le premier bassin de recrutement pour la succession au sommet, et d’autre part, parce que les intérêts et objectifs des membres de la famille peuvent être divergents.
Lire la suite