La génération sandwich, un nouvel enjeu pour les gestionnaires d’entreprise



Des recherches menées par Christopher Higgins de l’Université de Western Ontario collaboration avec Desjardins Sécurité Financière ont soulevées plusieurs enjeux quant aux réalités de bon nombre de travailleurs québécois. Ces travaux portaient sur une génération bien précise que l’on surnomme dorénavant la génération sandwich.

QUI EST CETTE GÉNÉRATION SANDWICH ?

On parle des employés qui sont présentement sur le marché du travail et qui sont à la fois responsables d’enfants en bas âge en plus d’être un proche-aidant pour des parents vieillissants. Selon les données recueillies, ce type d’employés représente en moyenne 20 % de l’ensemble des travailleurs au sein d’une entreprise et peut même atteindre 40 % dans certains secteurs d’activités.

Le portrait typique de ces travailleurs, baby-boomers ou issus de la génération X, présente des parents pour la plupart mariés, gagnant un salaire supérieur à 60 000 $ par année. Il s’agit donc bien souvent d’employés qui occupent des postes importants au sein des entreprises et qui seront appelés plus tard, à prendre la relève.

DES IMPACTS HUMAINS ET FINANCIERS NON-NÉGLIGEABLES POUR LES ENTREPRISES

Au fil des entrevues réalisées auprès des travailleurs, il est possible de constater que certains employés, dépassés par leur situation, iront jusqu’à refuser des promotions, ne pouvant accepter plus de responsabilités. Les entreprises investissent temps et argent afin de former et préparer les dirigeants de demain. Il est donc primordial pour elles d’arriver à s’adapter et d’ainsi prévenir la perte de ces employés clés. D’autant plus, qu’il est clair qu’un employé faisant face à ce type de situation ne peut demeurer aussi efficace sur le plan professionnel.

  • Plus du quart des répondants ont avoués être moins productifs;
  • Près de 45 % d’entres eux soutiennent ressentir de l’épuisement et de la fatigue;
  • 83 % des employés ont répondus avoir eu des problèmes physiques (maux de tête, nausées, insomnie, hypertension, problèmes musculo-squelettiques).
Dans de telles conditions, les chances d’invalidité sont clairement décuplées, ce qui peut rapidement devenir problématique pour toute entreprise. En étant surchargés autant au travail qu’à la maison, ces employés négligent inévitablement leur propre santé et qualité de vie, une situation entrainant des problématiques physiques et mentales à court et moyen terme. On dénote d’ailleurs une hausse de 25 % de l’utilisation des régimes d’avantages sociaux pour ces employés.

Linda Duxbury, spécialiste en gestion de l’Université de Carleton, a analysé les résultats des recherches et explique que c’est le stress affectif qui est clairement l’aspect le plus difficile à gérer pour ces employés. Les difficultés entourant le manque d’énergie et de sommeil liées à un enfant en bas âge sont amoindries par le bonheur de voir son enfant s’épanouir. À l’inverse, le fait d’être témoin des difficultés entourant le vieillissement d’un parent n’amène en soi, aucun point positif. «Cette vague démographique est comparable à l’arrivée des femmes sur le marché du travail dans les années 70» soutient Mme. Duxbury, Elle explique également que le monde du travail s’est adapté à ce moment là et ne doit pas hésiter à le faire à nouveau.

QUELS SONT LES BESOINS DES TRAVAILLEURS DE LA GÉNÉRATION SANDWICH ?

Les recherches ont révélées que les besoins de cette classe d’employés sont bien différents des autres et surtout, peuvent avoir un impact énorme sur leur capacité à demeurer actif et efficace sur le marché du travail. Certains changements, quoi que mineurs, peuvent permettre d’alléger le quotidien de ces employés. Voici quelques pistes de solutions pour les employeurs :

  • Accorder une plus grande flexibilité au niveau des horaires de travail;
  • Favoriser le télétravail;
  • Offrir des programmes d’aide aux employés plus complets;
  • Instaurer des politiques internes permettant une plus grande flexibilité pour les proches-aidants;
  • Assurer une bonne communication des ressources offertes.


LA COMMUNICATION, UNE STRATÉGIE IMPORTANTE

Un autre aspect non-négligeable est celui de la sensibilisation et de l’éducation de l’ensemble du personnel. Il est important que chacun, employé et gestionnaire, soit conscientisé quant aux difficultés entourant la conciliation travail-famille, notamment dans le cas d’un proche-aidant. Parfois, une simple marque de compréhension, de compassion, de la part d’un collège, peut arriver à réduire le fardeau journalier d’un employé en manque de soutien.

UN DÉFI POUR LES EMPLOYEURS

Les recherches révèlent que la durée de la prestation de soins à un proche dure en moyenne de 5 à 10 ans. On ne parle donc pas d’un passage temporaire. De là l’importance pour les employeurs de bien cerner les besoins et réalités de cette classe afin de prévenir le plus possible, les impacts négatifs. Les entreprises investissent beaucoup dans le développement et la formation de leur personnel. Dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, la rétention d’employés talentueux et qualifiés est un enjeu central de toute stratégie de ressource humaine.


Chanelle Cartier
Analyste aux comptes collectifs
Conseillère en régimes d’assurance collective
Lafond Avantages sociaux et actuariat


1Revue Avantages (Sept. 2014). Génération sandwich : Les gestionnaires de ressources humaines risquent gros. 


Source supplémentaire - Sprott School of Business. Carleton University. (Linda Duxbury, Christopher Higgins). Conciliation des rôles d’employé, de parent et d’aidant: Une étude sur le terrain. (2011-2012). 

Le fondateur


Les caractéristiques du dirigeant fondateur font davantage ressortir les différences entre les petites et les grandes entreprises. En effet, le fondateur d’une petite entreprise est entrepreneur. C’est un être indépendant et orienté vers l’action. Lire la suite