L'automobile, plus importante que la santé ?



L'AUTOMOBILE, PLUS IMPORTANTE QUE LA SANTÉ?

Connaissez-vous quelqu'un qui a survécu à un cancer, une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou une chirurgie coronarienne ? Après tout, près d'une personne sur deux souffre d'un cancer au cours de sa vie ! Et un nombre égal souffre d'une maladie cardiaque.

Se donner les moyens

Le diagnostic d'une maladie grave provoque toujours un très grand stress amplifié de façon importante par toute l'insécurité qui est occasionnée par la perte de revenus et par les dépenses additionnelles engendrées qui s'accumulent. D'ailleurs, ce sont les soucis financiers qui nuisent le plus au rétablissement des personnes atteintes de maladies graves.

Les pertes financières reliées à de nombreux biens sont assurées, tels les résidences, les autos, les véhicules de loisirs et bateaux, mais aussi souvent des actifs de moindre valeur tel les téléviseurs, les ordinateurs. Mais qu'en est-il de notre santé et des pertes financières découlant de maladies graves ?

Perte de revenu. La perte de revenu de la personne atteinte d'une maladie grave peut être compensée par la détention d'une assurance invalidité. Qu'en est-il de la perte de revenu que subit le conjoint ou la conjointe qui désire s'absenter du travail pour supporter la personne atteinte ?

Soins et besoins périphériques. Au Québec, bons nombres de soins médicaux sont couverts par le régime public. Toutefois, qui défrais pour le coût des médicaments, des traitements ou des injections non couverts, des perruques, d'appareils auditifs, de soins à domicile, d'aide ménagère, de garde d'enfants additionnelle, des frais de déplacement et de stationnement requis par les soins, de potentiels frais d'hébergement?

Sources de financement. Différentes sources de financement existent pour compenser les pertes de revenu et les frais additionnels. L'épargne retraite et la valeur nette de la résidence se retrouvent probablement au premier rang. Le financement provenant de proches est aussi couramment utilisé. Et plusieurs personnes font appel à la générosité du public afin d'amasser les fonds requis pour soigner un de leurs proches.

Un c'est bien, deux c'est mieux !

Parfois, un second avis est rassurant, non ? Et pourquoi ne pas l'obtenir d'un spécialiste de renommée mondiale ? L'accès à ces ressources s'avère souvent difficile et coûteux.
Obtenir accès aux ressources et transférer le risque.

Le secteur des services financiers a développé des solutions et des produits offrant aux individus un accès aux ressources et un transfert du risque financier. Certains de ces produits ont même été mis sur pied par des chirurgiens désireux d'améliorer le rétablissement de leurs patients.

L'accès à des services de soutien procure de l'information sur les médicaments, l'accès aux soins et aux ressources médicales, à des avis médicaux permettant de confirmer ou préciser des diagnostics. En transférant le risque à des compagnies d'assurances, il est possible de préserver les fonds de retraite et de générer un capital pour faire face aux frais et aux pertes de revenu.

Rédaction par Luc Larose, Pl. fin, a.v.c., MBA
Sébastien Lafond, B.A.A., Pl. fin.
Directeur marketing et développement

Sources : Financière Manuvie, BMO assurance, Industrielle Alliance assurance et services financier.

La famille


Il s’agit parfois d’un aspect conflictuel important parce que, d’une part, la famille constitue le premier bassin de recrutement pour la succession au sommet, et d’autre part, parce que les intérêts et objectifs des membres de la famille peuvent être divergents.
Lire la suite