PME et avantages sociaux


PME et avantages sociaux : plus qu’une simple option



À l’aube de l’année 2011, 85 % des entreprises québécoises comptaient dans leurs rangs 20 employés et moins, et plus de 50 %, 5 employés et moins1. Les réalités des petites et moyennes entreprises ne reflètent en rien celles des grandes compagnies, notamment en ce qui concerne les préoccupations premières des gestionnaires. En effet, dans le contexte d’une petite entreprise, les interrogations quant à la gestion des ressources humaines prévalent bien souvent sur les inquiétudes d’ordre économique.

Même si elles jouent un rôle de premier plan au sein de l’économie québécoise, les ressources des PME sont la plupart du temps restreintes. Par exemple, les propriétaires sont bien souvent monopolisés par les activités quotidiennes de leur entreprise. Conséquemment, ils ne sont bien souvent pas en mesure de bénéficier du recul nécessaire afin de bien cerner les besoins et la situation globale de leur compagnie. Dans cette optique, la Financière Manuvie publiait l’automne dernier la première édition du Rapport annuel sur les petites entreprises. Au cours de cette démarche, près de 1 000 propriétaires de PME à travers le pays ont été interrogés au sujet des multiples défis de gestion auxquels ils doivent faire face, notamment en ce qui a trait aux ressources humaines.

Cette étude révélait entre autres que le tiers des gestionnaires de petites entreprises sont inquiets quant au manque de temps afin d’arriver à bien circonscrire l’état des choses ainsi que les besoins de leur groupe. De plus, la très grande majorité, soit 85 %, aimeraient obtenir de l’aide à ce sujet2.

La pertinence d’une telle expertise est sans équivoque lorsqu’on tient compte du paysage économique québécois. En parcourant les grandes lignes de ce rapport, on remarque que le constat est probant quant à l’importance des régimes d’avantages sociaux aux yeux des propriétaires de PME. En effet, 60 % des gestionnaires interrogés soutiennent offrir un tel régime. Même chez ceux n’offrant pas de régime, l’importance de l’assurance collective n’est pas remise en question puisque 78 % d’entre eux la considèrent comme étant une bonne manière d’assurer le bien-être de leurs employés3. Par contre, cette mesure est selon eux trop coûteuse pour être implantée au sein de leur compagnie.

C’est donc dire que, malgré le fait que bon nombre de gestionnaires de PME offrent déjà un régime d’avantages sociaux et que les avantages financiers sont visiblement présents, bon nombre de mythes subsistent dans l’esprit de ceux et celles qui n’offrent pas de couverture à leurs employés. D’autant plus que, lorsqu’une entreprise fait son entrée dans l’industrie, l’implantation d’un régime d’assurance est rarement une priorité.

À ce sujet, la revue Avantages consacrait en octobre dernier un numéro sur les défis et besoins spécifiques des PME en matière d’avantages sociaux. Au fil des articles, on constate un dénominateur commun entre ce dossier et le rapport présenté par la Financière Manuvie. Cette corrélation se trouve sur le plan de l’importance qui est accordée à la gestion des ressources humaines (GRH) au sein des entreprises. Il est possible de constater que les propriétaires de petites et moyennes entreprises s’appuient grandement sur les aptitudes et les capacités de leurs employés, dans l’optique de demeurer concurrentiels dans leur milieu.

« Plusieurs études récentes démontrent que la GRH est un levier puissant d’attraction et de fidélisation du personnel4. »

Lorsque l’on fait référence à la GRH, on parle bien sûr de la conciliation travail-famille, de la formation continue, de l’évaluation des performances de chacun, mais aussi de la rémunération globale et donc d’avantages sociaux. Quelle que soit la taille d’une entreprise, la fidélisation des employés se trouve généralement au cœur des préoccupations des gestionnaires. La situation est d’autant plus vraie pour les PME qui doivent bien souvent fonctionner avec des effectifs restreints, ce qui ne fait qu’augmenter la valeur d’un employé efficace et qualifié. En ce sens, plusieurs études démontrent clairement que le régime collectif serait une excellente façon d’assurer le bien-être et la satisfaction des salariés.

Entre autres, selon le Sondage sanofi-aventis sur les soins de santé de 2011, tout près de 60 % des répondants choisiraient de préserver leur couverture en soins de santé plutôt que d’empocher 10 000 $. Malgré ces résultats, l’étude de Manuvie fait ressortir le fait que les gestionnaires ne mesurent pas entièrement l’impact potentiel d’un régime d’avantages sociaux au sein de leur compagnie.
Alors que 71 % des gestionnaires d’entreprises qui offrent une couverture en soins de santé considèrent leurs protections d’assurances collectives comme étant indispensables dans le processus de fidélisation de leurs employés, seulement 31 % de ceux qui n’en offrent pas pensent de la même façon. Quant aux autres, ils considèrent plutôt qu’une rémunération adéquate représente leur meilleure option afin d’assurer la satisfaction de leurs employés. En effet, les gestionnaires croient bien souvent à tort qu’il est plus avantageux pour eux d’octroyer une hausse salariale à leurs employés que d’instaurer un régime collectif d’assurance.

Les défis des PME sont de taille, notamment compte tenu de la conjoncture démographique actuelle, qui présente une pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Les régimes d’assurance collective constituent toutefois un atout de taille afin de se positionner en tant qu’employeur de choix. D’autant plus que les compagnies d’assurances offrent à présent des protections agencées en fonction des réalités particulières d’une PME. En effet, ces dernières peuvent dorénavant bénéficier de modèles plus accessibles, offrant même des garanties autrefois réservées aux très grandes entreprises. En somme, il est important de considérer l’assurance collective dans toute son étendue puisqu’elle est non seulement maintenant accessible à tous, sous toutes ses formes, mais elle est également bien en place dans l’échiquier des ressources humaines.

Chanelle Cartier, BAA
Analyste aux comptes collectifs
Lafond Avantages Sociaux et Actuariat Inc.


1. Balan, Marius. « Les mythes de l’assurance collective pour les PME », Avantages, octobre 2011.
2. Source : Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie.
3. Source : Rapport sur les petites entreprises de la Financière Manuvie.
4. Blanchette, Frédéric. « Misez sur vos forces pour attirer, développer et fidéliser la main d’œuvre qualifiée! », Avantages, octobre 2011.

La gestion de la continuité dans les PME familiales


La continuité ou le transfert d’entreprise familiale comporte toutefois des enjeux rarement bien gérés. Lire la suite