Question de transparence.



Dans un contexte où les coûts des régimes d’assurance collective sont sans cesse croissants, particulièrement dû à l’augmentation fulgurante du prix des médicaments, de l’incidence d’invalidité et du désengagement important de l’état, il est primordial d’exercer un contrôle sur tous les facteurs qui influenceront notre tarification d’assurance collective.

L’employeur doit connaître tous les frais associés à son régime d’assurance collective et son consultant se doit de lui obtenir la structure de frais la plus basse possible. Les frais varient énormément d’un groupe à l’autre et sont influencés par plusieurs facteurs tels que : la taille du groupe, la commission du consultant, la complexité de la structure administrative du groupe (nombre de divisions), etc.

En période de renouvellement, l’assureur analyse votre ratio d’expérience, soit vos primes nettes versus vos réclamations encourues, afin de déterminer si votre tarification doit subir une hausse ou non. Plus les frais d’administration sont élevés, plus cela affecte négativement votre ratio d’expérience, car l’assureur diminue vos primes payées du montant des frais d’administration. Une structure de frais d’administration trop élevée engendre des hausses de tarification et, au fil des années, crée un important fossé entre ce que vous payez et ce que vous devriez réellement payer. Vous comprenez maintenant l’importance de connaître ces frais et d’être rassuré à propos de leur aspect compétitif par rapport à ce qu’offrent les autres compagnies d’assurance.
 
En plus des frais d’administration, on doit connaître les habitudes de consommation de notre groupe, car cela nous permet d’avoir une réelle influence sur la tendance de nos réclamations. Par exemple, si une année les réclamations augmentent de façon marquée et que cette augmentation est due à un employé qui a subi un traitement très couteux et que ce traitement est terminé, il n’y a pas lieu que vous soyez entièrement pénalisé par cette réclamation. Nous faisons référence ici au concept de récurrence des réclamations. Le rôle du consultant est de s’assurer que l’assureur n’accorde pas une trop grande crédibilité à un événement qui a eu un impact majeur sur votre expérience, mais qui ne se reproduira pas nécessairement dans le futur.
 
Bien entendu, ici nous n’avons fait qu’énumérer une infime partie de ce qui doit être contrôlé par le consultant en avantages sociaux. L’objectif était plutôt de vous faire prendre conscience de l’importance de bien connaître les facteurs qui exercent une influence sur les variations de taux à chaque renouvellement.

Le fondateur


Les caractéristiques du dirigeant fondateur font davantage ressortir les différences entre les petites et les grandes entreprises. En effet, le fondateur d’une petite entreprise est entrepreneur. C’est un être indépendant et orienté vers l’action. Lire la suite