Travailleurs d'expérience
 
On le lit de plus en plus souvent dans les journaux et les magazines d’affaires, on l’entend à la radio comme à la télé : une des pistes de solution à la rareté de main d’œuvre serait de prolonger la durée en emploi des travailleurs d’expérience. 
 
Eh oui, ceux-là même qu’on n’hésitait pas à remplacer par des plus jeunes pour un ensemble de raisons qui tenaient le plus souvent de préjugés, ceux qu’on incitait à partir plus tôt à la retraite, ces mêmes travailleurs seraient un des éléments cruciaux pour pallier à la difficulté de combler des postes qui semblent affecter les entreprises dans toutes les régions du Québec. 
 

Les entreprises devront s’y faire et s’adapter

Le nombre de travailleurs de 55 ans et plus n’a cessé d’augmenter depuis une dizaine d’années. Alors qu’en 2007, ils représentaient 14,7% des personnes sur le marché du travail, ils se chiffraient à 20,6%  en 2017. 
 
Selon l’Institut de la statistique du Québec, le nombre d’emplois créés parmi les 55 + s’élevait à  45 700 en 2017, à peine moins que dans le groupe des 25 – 54 ans, le noyau habituel de la population active, qui en a ajouté 47 000 au cours de la même année. 
 
On peut présumer que, l’espérance de vie en santé étant plus longue et le vieillissement de la population allant en s’accentuant, la présence des travailleurs plus âgés n’ira pas en diminuant au cours des années qui viennent.   
 

Les gouvernements ont un rôle à jouer 

Les gouvernements devront faire leur part pour aider les entreprises à maintenir les travailleurs d’expérience en poste plus longtemps. C’est du moins ce que préconise l’Institut du Québec, qui a pour mission de guider la classe politique et le milieu des affaires   dans l’élaboration de meilleures politiques publiques.   
 
En plus de crédit d’impôts (certains existent déjà) ou de subventions, ou encore l’encouragement à reporter l’âge de la retraite par des mesures financières incitatives, c’est un changement de culture qui doit être mis de l’avant. 
 
Des efforts de sensibilisation auprès des dirigeants et des responsables RH devront donc être faits pour que ces derniers réalisent l’importance de revoir leurs pratiques. 
 

Quelles avenues pour les entreprises ?

Il apparaît nécessaire que les entreprises aussi repensent leurs politiques d’embauche et de départ à la retraite. Elles devront identifier les secteurs où il serait possible ou souhaitable de garder en poste des employés plus âgés encore aptes et motivés au travail, dans lesquels elles ont investi depuis de nombreuses années. 
 
C’est cependant dans la façon de mettre en place tout l’éventail de mesures appropriées que se posent les plus importants défis. 
 
Les entreprises avisées chercheront à se faire conseiller et accompagner par des spécialistes qui ont à mettre de l’avant des solutions telles que Lafond a développées. 
Nous sommes sollicités par des organisations qui cherchent des moyens pour bien arrimer la présence de séniors avec les objectifs de l’entreprise.  Ils souhaitent mieux les intégrer dans des tâches qui auront peut-être changé et veulent que jeunes et vieux, co-équipiers ou gestionnaires, travaillent ensemble dans des rapports les plus productifs possibles. 
 
La force de travail vieillit ; pour la vigueur de notre économie, faisons en sorte qu’elle reste en poste longtemps ! 
 
 

Motivé à garder vos travailleurs d'expérience en poste ?

 
 

Pierre Laramée
Conseiller spécial, maintien en poste des travailleurs d’expérience


Marie-Joëlle Tremblay
Candidate au D.PSY
Consultante, développement organisationnel


Pierre Laramée a été l’un des fondateurs de l’agence de publicité Tam-Tam. Il y a agi comme créatif et dirigeant pendant 16 ans, dont 7 à titre de président.

En 2015, il a initié un projet afin d’actualiser sa vision d’une société inclusive de la diversité des âges en milieu de travail. En équipe avec Marie-Joëlle Tremblay, il a développé pour le compte de Lafond Gestion une offre de services axée sur le maintien en poste des travailleurs vieillissants et l’implantation de pratiques de cohabitation entre générations au sein des entreprises. Pierre et Marie-Joëlle sont fiers d’incarner leur vision de l’entreprise de demain : innovante, humaine, pérenne et intergénérationnelle !


Marie-Joëlle Tremblay poursuit actuellement un doctorat en psychologie du travail et des organisations. Son intérêt pour cette spécialité est né de son expérience au sein de l’entreprise familiale où, au fil de 13 années, elle a côtoyé au travail pas moins de quatre générations différentes.

Membre du collectif Lafond Gestion depuis 2015, elle a directement impliquée dans tout le développement de l’offre de services relative à la cohabitation intergénérationnelle et au maintien en poste des travailleurs séniors. Elle occupe également un poste de conseillère en développement organisationnel au Secteur cadres du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

La famille


Il s’agit parfois d’un aspect conflictuel important parce que, d’une part, la famille constitue le premier bassin de recrutement pour la succession au sommet, et d’autre part, parce que les intérêts et objectifs des membres de la famille peuvent être divergents.
Lire la suite