Un revenu garanti pour le reste de votre vie

Un revenu garanti pour le reste de votre vie




Peut-on se passer d’argent, voir d’un revenu ? S’il pourrait être stimulant pour certain de s’engager dans un échange philosophique à ce sujet, posons tout de même comme prémisse de cette chronique que, de façon pragmatique, l’argent fait partie intégrale de nos vies.  

Pour la forte majorité d’entre nous adultes, il faut nous assurer un revenu régulier. Durant les premières années, ce revenu provient de notre emploi. Cette période peut aisément occuper 45 ans de notre vie, soit de 18 ans à 63 ans par exemple.  Vient ensuite le moment de la retraite ; moment durant lequel notre revenu proviendra de rentes gouvernementales et de l’épargne accumulée. La durée de notre retraite peut aisément se prolonger sur 20 à 30 années, soit de 60 ans à 90 ans, et même davantage.
 
Plusieurs québécois ont le privilège de participer à des régimes de retraite qui leur garantira, le moment venu, un revenu viager, c’est-à-dire pour le reste de leur vie. Quelles solutions s’offrent toutefois à ceux qui doivent eux-mêmes se garantir un revenu viager ? Comment peut-on se mettre à l’abri des soucis liés aux marchés financiers ?
 

Rentes variables à revenu garanti

Durant les années 2007 et 2008, de nombreuses compagnies d’assurance canadiennes ont mis sur le marché des produits à rentes variables assurant au détenteur un revenu garanti pendant un certain nombre d’années, voire à vie. Ces produits, en plus de garantir un revenu, permettaient de placer dans différents fonds ou portefeuilles de revenus fixes, équilibrés ou d’actions et ainsi participer à la croissance des marchés, tout en conservant l'accès aux valeurs en cas de besoins imprévus.
 
En 2012, après quelques années difficiles et des modifications à leurs produits, invoquant la situation économique et le resserrement réglementaire, et plus précisément le niveau des taux d’intérêt, presque toutes les compagnies ont mis un terme aux ventes de ces produits de rentes « à revenu garanti ». Seules de rares compagnies offrent toujours de tels produits.  Les clients ayant fait l’acquisition de ce type de produits auprès des différents assureurs au fil des années conservent tout de même leurs contrats et les bénéfices acquis.
 
Alors, comment peut-on, en 2013, transférer le risque et se garantir un revenu pour le reste de sa vie ? Peut-on, tout en se mettant à l’abri des soucis liés aux marchés financiers, transférer totalement le risque et se libérer de la gestion du capital ?
 

Rentes certaines et rentes viagères

Une rente certaine est une somme versée de façon régulière, habituellement pour une période de temps définie, par exemple pendant 5, 10 ou 15 ans. Une rente viagère est une somme versée de façon régulière jusqu’au décès de l’individu, que celui-ci vive jusqu’à 80, 90, 100 ans ou au-delà. Les rentes de retraite sont un exemple de rente viagère.
 
L’achat d’une rente viagère permet donc de se garantir un revenu régulier jusqu’à notre décès. C’est comparable à se doter de son propre régime de retraite. Les caractéristiques sont ajustées afin de correspondre à la situation propre de la personne et de ses besoins spécifiques. Ainsi, selon les choix effectués, la rente peut se poursuivre jusqu’au décès des deux conjoints, ce qu’on appelle une rente réversible au conjoint, ou le montant peut être indexé afin de préserver le pouvoir d’achat ; une période minimal de versement peut-être spécifié pour parer au décès prématuré ; ou un montant forfaitaire peut-être versé au décès.
 
Les rentes viagères et les rentes variables à revenu garanti forment, de façon courante, la base d’un programme de retraite ayant un fort quotient de durabilité du revenu de retraite. Ce quotient est une indication de la probabilité d’avoir suffisamment de revenu jusqu’à la fin de votre vie.
 
Les rentes viagères sont donc une façon de se garantir un revenu pour le reste de sa vie tout en transférant les risques financiers et la gestion du capital à une institution.


Le CÉLI, outil d’économie fiscale

Le CÉLI est un outil permettant d’investir des sommes dans des mécanismes de placements admissibles et de lui permettre de fructifier à l’abri de l’impôt. L’épargne peut être utilisée de façon discrétionnaire, selon les besoins et les désirs du titulaire. Tous peuvent en profiter, quel que soit leurs revenus ou situation fiscale.
 
À compter du 1er janvier 2013, le montant annuel que les résidents canadiens peuvent cotiser à leur CÉLI est porté à 5 500 $.  
 
Pour les années 2009 à 2012, le plafond de cotisation annuelle était fixé à 5 000 $ et les cotisations inutilisées sont reportées et accumulées. Ainsi, ceux n’ayant jamais cotisé pourront, en 2013, cotiser jusqu’à 25 500 $. Les montants retirés du CÉLI peuvent également être versés à nouveau dans les années ultérieures.
 
Luc Larose
Planificateur financier
Directeur, support et encadrement

Le fondateur


Les caractéristiques du dirigeant fondateur font davantage ressortir les différences entre les petites et les grandes entreprises. En effet, le fondateur d’une petite entreprise est entrepreneur. C’est un être indépendant et orienté vers l’action. Lire la suite